Unity s’excuse et promet des changements concernant ses frais à l’installation


Unity s’excuse et promet des changements concernant ses frais à l’installation. Ces modifications parviendront-elles à éteindre le feu ?

La semaine dernière, Unity lâchait une vraie bombe sur les développeurs en annonçant de nouveaux frais sur son moteur de jeu, des frais qui seraient appliqués à chaque installation – “une décision catastrophique abyssale” selon un développeur. Aujourd’hui, l’entreprise semble vouloir faire marche arrière, promettant des changements à venir bientôt.

Unity s’excuse et promet des changements concernant ses frais à l’installation

“Nous vous avons entendu. Nous sommes désolés de la confusion et de la colère vis-à-vis de cette politique de frais”, écrivait la société dans un post sur X. “Nous écoutons, nous échangeons avec nos équipes, notre communauté, nos clients et nos partenaires et nous allons apporter des modifications à cette politique. Nous partagerons des informations dans quelques jours. Merci pour vos retours honnêtes et critiques.”

La nouvelle de ces frais additionnels avait créé la fureur au sein de la communauté de développeurs. “Nous n’avons jamais fait de déclaration publique avant. C’est dire à quel point vous avez m*rdé”, écrivait le développeur de Slay the Spire, Meta Crit. “Impossible que Unity ait parlé de ça avec le moindre développeur avant”, ajoutait Rami Ismail. En protestation, de nombreux développeurs ont désactivé les publicités Unity, et d’autres ont même envisagé un recours collectif.

Unity avait annoncé ces changements suite à plusieurs années difficiles qui ont notamment mal vécu les modifications quant à la confidentialité d’Apple, privant le studio de la majorité de ses revenus publicitaires. L’année dernière, l’action de l’entreprise plongeait en bourse et une vague de licenciements faisait diminuer sa masse salariale de 8 %, environ 600 salariés. Et les propos de son PDG John Riccitiello, traitant les développeurs qui n’envisageaient pas la monétisation de “sombres idiots”, n’avaient pas aidé.

Sitôt après la gronde, Unity avait tenté de clarifier les choses, indiquant que ces frais ne seraient appliqués qu’aux premières installations, que les organismes caritatifs en seraient exempts, tout comme les démos. Et les propriétaires des services d’abonnement devraient payer ces frais, pas les développeurs.

Ces modifications parviendront-elles à éteindre le feu ?

Mais certains développeurs engagés envers Unity et sa structure tarifaire précédente se disent pris au piège. “J’ai investi des années de travail dans mes projets. Je l’ai fait avec une licence unique par siège que je suis heureux de payer. Maintenant, alors que je suis presque prêt à lancer mon jeu, ils me lâchent quelque chose de nouveau comme ça. Pas une augmentation de prix [mais] un changement fondamental dans la manière dont nous faisons des affaires ensemble. Je n’ai aucune option, je ne peux pas revenir en arrière, je ne peux que plier et [payer]”, écrit le développeur de The Falconer, Tomas Sala.

Reste à voir si les modifications que Unity apportera plairont aux développeurs de jeux vidéo. “Soyez simplement honnêtes, franc, fiable. Nous avons besoin de stabilité”, écrivait un développeur en réponse au post de l’entreprise.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.