le PSG veut sa revanche face à Newcastle et ne pas risquer l’élimination



Le PSG va devoir s’employer pour prendre le meilleur sur Newcastle, mardi à 21 h, s’il ne veut pas se retrouver dos au mur en Ligue des champions. Ce match s’annonce décisif : après deux défaites sur quatre matches en phase de groupes, les Parisiens sont au coude-à-coude avec les autres équipes du « groupe de la mort ».

Plus le droit à l’erreur. Si le PSG ne veut pas regarder la Ligue des champions à la télé en février, il va devoir lever les doutes et s’imposer à domicile face à Newcastle, mardi 28 novembre à 21 h, pour éloigner le spectre d’une élimination précoce. D’autant que le club de la capitale a une revanche à prendre sur les Magpies, qui l’avaient largement dominé au match aller (4-1).

Paris a déjà perdu deux matches en phase de groupes – à chaque fois à l’extérieur – et ne peut pas se permettre un nouveau faux pas : actuellement en seconde place, le PSG (6 points) est devancé d’un point par le Borussia Dortmund (7 points), et ne compte qu’un et deux points d’avance respectivement sur l’AC Milan (5 points) et Newcastle (4 points).

Cette statistique est déjà la pire en Ligue des champions sous l’ère QSI, le fonds souverain du Qatar. Et une élimination avant les huitièmes de finale serait également une première pour le PSG depuis 2011. D’ailleurs, les Parisiens ont perdu autant en Ligue des champions cette saison que sur les 18 derniers matches de phase de poules joués jusque-là.

Avant de se confronter au « mur jaune » de Dortmund pour la dernière journée, le 13 décembre, les joueurs de Luis Enrique doivent donc se reprendre mardi pour chasser le spectre d’une élimination prématurée.

« Cette compétition pourrait être très courte, dans un groupe très compliqué avec un classement serré, ce sont des matches décisifs », a admis lundi en conférence de presse l’entraîneur du PSG, Luis Enrique. Face à Newcastle, « on va jouer le match comme une finale, sans aucun doute ».

À l’aller, étouffés par l’ambiance de Saint James’ Park, les Parisiens avaient sombré psychologiquement, physiquement et techniquement. Dans le même registre, ils étaient tombés à San Siro début novembre face à l’AC Milan (2-1), alors qu’ils avaient largement battu les Italiens (3-0) à domicile deux semaines plus tôt.

L’avantage parisien de jouer à domicile

Une défaite face à Newcastle compliquerait considérablement la tâche du PSG, qui ne serait plus maître de son destin lors de la sixième et dernière journée. Inversement, une victoire contre les Anglais mardi pourrait déjà leur ouvrir les portes des huitièmes de finale, combinée à une victoire ou un match nul du Borussia Dortmund face à l’AC Milan.

Luis Enrique s’est montré optimiste quant aux chances de qualification de son équipe : « Demain [mardi], il y a deux équipes qui peuvent être qualifiées. Et lors de la dernière journée, il y aura la possibilité de se qualifier aussi. Je suis convaincu que mon équipe va être compétitive, je n’ai aucun doute. »

Pour ce rendez-vous, les coéquipiers de Kylian Mbappé – capitaine en raison du forfait de Marquinhos, touché aux ischio-jambiers lors d’un match contre le Brésil – peuvent aborder ce match avec de la confiance : les Parisiens ont enregistré leurs deux succès en phase de groupes à domicile cette année.

L’entraîneur du PSG espère d’ailleurs que le public parisien sera encore à la hauteur du rendez-vous mardi : « Le Parc des Princes est un stade chaud, qui nous transporte. J’espère qu’on aura la meilleure version de notre public, surtout quand l’adversaire nous posera des problèmes. On aura besoin d’un stade et de supporters encore plus passionnels que d’habitude. »

Les Parisiens ne vont pas pour autant devoir sous-estimer leur adversaire : bien qu’actuel dernier du « groupe de la mort », Newcastle pourrait se relancer dans la course à la qualification en huitièmes de finale en cas de victoire.

« Newcastle sait très bien exercer la pression »

Les Magpies, qui ont facilement vaincu Chelsea ce week-end (4-1), vont sûrement jouer avec leurs qualités physiques contre le PSG. « Newcastle sait très bien exercer la pression […]. Contre Chelsea, leurs données physiques ont été toujours au niveau, six joueurs ont fait un pressing constant dans le camp adverse. C’est cette même intensité qu’on affrontera [mardi] », prévient Luis Enrique.

Le PSG a, quant à lui, vécu un week-end contrasté : bien que large vainqueur de l’AS Monaco (5-2) vendredi, le club de la capitale a aussi connu des difficultés. Efficaces en attaque, avec notamment le premier but d’Ousmane Dembélé, les Parisiens ont aussi régulièrement été pris dans la profondeur, donnant lieu à des contre-attaques éclairs.

Paris, qui doit toujours faire sans deux joueurs importants – Marquinhos et Warren Zaïre-Emery, tous deux blessés –, continue de concéder beaucoup d’occasions. Ces largesses sont souvent sans conséquence en L1, mais pardonnent rarement en Ligue des champions.

« On est encore loin de ce que j’espère voir pour l’équipe », reconnaît Luis Enrique. « L’équipe n’est pas encore ce que je souhaite, mais on est encore dans un processus de recherche. […] Il y a des choses qui me plaisent, une énorme volonté des joueurs de faire ce que demande l’entraîneur. Je pense qu’on a une grande marge de progression ».

Le technicien espagnol sait aussi que la bataille sera en partie tactique pour l’emporter face à Newcastle. La titularisation de quatre joueurs offensifs au match aller avait en partie déséquilibré son équipe.

Seule certitude, l’entraîneur du PSG veut que son équipe joue avec la même philosophie face aux Magpies. « Notre objectif est toujours le même, peu importe le match : maintenir le ballon dans la moitié de terrain adverse, empêcher les occasions pour l’adversaire, tenir le ballon très loin de nos buts », conclut-il. « Il faudra avoir un très haut niveau demain. »

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.